dimanche 6 décembre 2015

Les disparus du Clairdelune de Christelle Dabos


« Quand je vous ai dit que vous aviez une prédisposition surnaturelle aux catastrophes, ce n'était pas une invitation à me donner raison. »






Titre : La Passe-Miroir – Les disparus du Clairdelune
Auteur: Christelle Dabos
Éditions: Gallimard Jeunesse
Nombre de pages: 551








Quatrième de couverture:


Fraîchement promue vice-conteuse, Ophélie découvre à ses dépens les haines et les complots qui couvent sous les plafonds dorés de la Citacielle. Dans cette situation toujours plus périlleuses, peut-elle seulement compter sur Thorn, son énigmatique fiancé? Et que signifient les mystérieuses disparitions de personnalités influentes à la cour? Ophélie se retrouve impliquée malgré elle dans une enquête qui l'entraînera au-delà des illusions du Pôle, au cœur d'une redoutable vérité.


Mon avis:


Si Les fiancés de l'hiver était un coup de cœur, Les disparus du Clairdelune en est un nouveau. Ce deuxième tome est, pour moi, largement à la hauteur du premier, voire même meilleur. Christelle Dabos nous entraîne encore plus profondément dans l'intrigue et les dangers, et les personnages rencontrés dans le précédent volume s'affirment et se dévoilent un peu plus.

En effet, l'un des points forts de ce livre reste l'intrigue, qui s'intensifie de plus en plus. Je l'ai trouvée particulièrement bien gérée, elle est mise en place rapidement, et rythmée par un suspens parfait: ni trop insoutenable, ni trop inexistant. L'auteure a su trouver un équilibre qui nous accompagne du début à la fin, à la cour de la Citacielle aux côtés d'Ophélie et de son fiancé, le mystérieux Thorn.

À propos de ce dernier, j'étais restée très mitigée à la fin des fiancés de l'hiver, parce qu'on en savait trop peu sur lui pour se forger un véritable avis sur lui. À présent, je peux vous dire que je l'ai adoré dans ce second tome! Il montre des sentiments, il s'ouvre plus à Ophélie, et une relation de confiance s'installe entre nos deux personnages. Si au départ, la méfiance était grande, au fur et à mesure, ils se traitent d'égal à égal. Cette nouvelle façon de voir l'autre va d'ailleurs leur être d'une très grande aide à la cour, plus malveillante que jamais.

Ophélie quant à elle, s'affirme beaucoup plus. Elle prend confiance en elle, parce qu'elle comprend qu'elle n'a pas vraiment le choix. Ses découvertes vont lui donner également une toute autre vision du monde dans lequel elle vit. On sent que ce mariage n'a plus la même représentation pour elle, ce n'est plus tellement la fatalité et la manipulation qu'elle croyait subir au départ. À force d'évoluer avec Thorn, Berenilde, Archibald, sa tante et bien d'autres, elle finit par se trouver une place et apprendre à apprécier ceux qu'elle voyait comme des ennemis. Ce changement chez Ophélie m'a été très agréable, puisque même si je l'avais beaucoup appréciée dès le départ, j'ai préféré la voir prendre les choses en main, et un peu moins subir ce qui lui était imposé.

Le reste des personnages est à l'image du roman. Ils sont très bien construits, chacun apporte quelque chose de différent. Cela me paraît impossible de ne pas s'attacher à eux!

Dans ce tome-ci, l'intrigue n'est pas la seule à se préciser, l'univers du roman est aussi approfondi. En vérité, cela m'a beaucoup perturbée au début, parce que j'essayais de comprendre, en vain, toute la mythologie qui se cachait derrière, et en quelque sorte, l'explication de la Déchirure et du monde mis en place par la suite. Sauf qu'un bon livre se doit de ne pas trop en révéler avant la fin. Et donc, à cause de ce manque d'éléments qui m'empêchait de comprendre le fond de l'histoire, j'étais assez frustrée. Pourtant, c'est aussi ce qui donne tout ce charme à l'univers créé par Christelle Dabos.

La fin nous laisse avec quelques réponses, mais est surtout une porte ouverte sur bien d'autres mystères. L'auteure achève ce second volume avec une question qui répond aux révélations faites un peu plus tôt, et qui, logiquement, devrait être le fil conducteur du prochain tome à venir.


C'est donc avec un grand plaisir que j'ai dévoré ce livre, et avec une extrême impatience que j'attends le prochain. Christelle Dabos a une fois de plus, su me faire voyager à travers le Pôle et ses mystères, parmi tous ses charmants personnages.

4 commentaires:

  1. un gros coup de coeur pour moi aussi :)!

    RépondreSupprimer
  2. Un énorme coup de coeur aussi pour moi

    RépondreSupprimer
  3. Un énorme coup de coeur aussi pour moi

    RépondreSupprimer
  4. Ta chronique est très intéressante ! J'ai beaucoup aimé le deuxième tome, et je l'ai même préféré et j'aime beaucoup Archibald :) Moi aussi j'ai fais ma chronique : http://journalacoeurouvert.blogspot.fr/2016/04/la-passe-miroir-t2-les-disparus-du_87.html

    Bisous, Mélanie

    RépondreSupprimer