lundi 11 mai 2015

Douze ans, sept mois et onze jours de Lorris Murail





Titre: Douze ans, sept mois et onze jours
Auteur: Lorris Murail
Editions: Pocket Jeunesse
Nombre de pages: 302






Quatrième de couverture:


Une cabane perdue dans les forêts du Maine. C'est là que Walden est abandonné par son père. À partir de maintenant, le garçon va devoir se débrouiller pour survivre dans les bois. Avec pour seule richesse quelques boîtes de conserve, un livre de Thoreau et une carabine.
À la fin de chaque journée, Walden note son âge sur une écorce de rondin. Douze ans, sept mois et quatre jours, au moment où commence son apprentissage pour le moins étrange...

Mon avis:


Tout commence par une première moitié très longue, qui, sans mentir, m'a même ennuyée. D'accord, cela doit être effrayant pour notre personnage de douze ans, Walden, d'être livré à lui même avec trois fois rien au milieu d'innombrables hectares de forêts, mais nous en tant que lecteur, on n'attend qu'une chose: l'aventure. Malheureusement, elle n'arrive que pendant la seconde moitié du roman.

On peut donc observer le jeune garçon, essayant de survivre mais également de comprendre dans quel but son père l'a laissé seul ici, et surtout ce qu'il attend de lui. Très vite, le problème de se nourrir s'impose, et Walden comprend qu'il va devoir trouver ses propres repas. Mais il a toujours été un garçon préférant les livres, les maquettes, et les problèmes, il déteste le sport, ce qui contrarie souvent son père, fan de baseball. Il va d'abord essayer de pêcher, puis de chasser, il va également cueillir des baies ou des fruits. Bref, vous l'aurez compris, cette première partie se résume en un mot: survivre.

Concernant la suite, on commence à avoir de nouveaux éléments à l'intrigue, on obtient enfin quelques informations sur tous ces mystères qui finalement, devenaient lassants. Pour ma part, dés que je suis véritablement entrée dans l'histoire, je n'avais qu'une envie, c'était de terminer le livre pour enfin comprendre. On est plongés dans l'histoire, au cœur de l'intrigue, l'atmosphère est palpitante et pleine de suspense, on se demande comment tout cela va se terminer. Même si ce que j'avais légèrement deviné ce dénouement, j'ai eu droit à quelques petites frayeurs.

Les personnages sont bien construits, avec chacun un caractère bien à lui, on s'attache à certains et on en déteste d'autres, tout va bien de ce côté-là. La folie de quelques uns m'ont un peu effrayée parfois, je l'avoue, mais également beaucoup énervée, ce qui, je pense, était le but de l'auteur.

Par contre, j'ai eu un problème avec la fin. On est avec les personnages, sortant tout juste de l'action après avoir frôlé la mort, et puis... plus rien. Une petite note d'humour et d'un coup, on passe à deux pages nous ramenant à des personnages secondaires qui clôturent ce roman en nous faisant comprendre que tout est terminé et bien rentré dans l'ordre. Ça m'a coupée dans mon élan. J'avais du mal à me dire qu'il n'y avait plus rien après.


Mise à part cette fin assez perturbante qui m'a plutôt déplue, c'est un bon roman. J'en attendais beaucoup, ce qui explique ma légère déception, mais si vous cherchez un livre sympa à lire pour vous détendre, il vous conviendra parfaitement. C'est un mélange bien équilibré de suspense, de mystère avec une touche d'humanité et de sentiments. Ce roman ne fera pas son entrée dans mes favoris, mais il restera un bon souvenir de lecture.

mardi 5 mai 2015

Intuitions de Rachel Ward





Titre vo: Numbers
Titre vf: Intuitions
Auteure: Rachel Ward
Editions: Michel Lafon
Nombre de pages: 312








Quatrième de couverture:


Jem voit des nombres flotter au-dessus des personnes qu'elle croise: la date de leur mort. Ce don la pousse à s'isoler. Jusqu'au jour où elle rencontre Spider...
Alors qu'ils se promènent ensemble, un phénomène étrange se produit: pourquoi tous les passants ont-ils le même nombre? Pris de panique, Jem et son ami prennent la fuite. Ils seront les seuls survivants de l'attentat qui va suivre, mais aussi les seuls suspects.
Mais comment Jem peut-elle expliquer les raisons de sa fugue, et surtout, comment ignorer la terrible vérité qu'elle peut lire en Spider?
Que faire d'un don quand il est maudit?

Mon avis:


En commençant ce livre, je m'attendais à de l'action, de l'aventure, un peu fantastique également. Mais je me suis rendue compte, au fur et à mesure que j'avançais dans ma lecture, que ce livre n'était rien de tout ça. Certes il comporte un peu d'action due aux rebondissements, mais il n'est pas basé là-dessus.

On découvre une jeune adolescente pour qui la vie n'a pas été des plus tendres, une dénommée Jem, plutôt renfermée et solitaire. Une jeune fille qu'on va suivre pendant ces trois cents pages, qu'on va voir évoluer, grandir, découvrir que la vie a des bas mais également des hauts. Dés le début, on comprend que Jem s'est formée une carapace, suite au décès de sa mère droguée, passant de familles d'accueil en familles d'accueil, elle a toujours eu du mal à s'intégrer, que ça soit à l'école comme dans sa famille adoptive. Elle est d'autant plus à l'écart à cause de ce don qu'elle considère comme une malédiction, elle déteste regarder les gens dans les yeux, y voir la date à laquelle ils vont mourir.

Toutefois, quand elle rencontre Spider, une étrange relation se crée entre ces deux personnages. Tout le long du roman, ils découvrent l'amour ensemble, un amour vraiment véritable et très fort. Ils vont vivre à deux leur fuite suite à l'attentat. Et c'est là que j'ai rencontré un problème. J'ai trouvé ça légèrement exagéré qu'ils se cachent après avoir été vus en train de fuir le lieu de l'attentat, quelques minutes avant qu'il survienne. Évidemment ils auraient été suspectés, et peut-être même accusés, mais n'ayant aucune preuve contre eux, la police les auraient tout simplement relâchés. Même si je comprends leur point de vue, ils sont dans un quartier plutôt mal famé, des adolescents à problèmes, je trouve ça un peu gros de s'enfuir en essayant de disparaître.

Pour ce qui est de leur fuite justement, Jem va faire la rencontre de nombreuses personnes, bonnes comme mauvaises, elle va découvrir qu'elle peut faire confiance, que le monde entier n'est pas contre elle et Spider contrairement à ce qu'elle pense. J'ai également ressenti un peu de longueur vers le milieu du roman, j'ai trouvé que les mêmes pensées et les mêmes discussions revenaient souvent. Mais ce sentiment a fini par disparaître quand de nouveaux événements se sont présentés.

Les mots de l'auteure sont assez crus, elle emploie un vocabulaire d'adolescents de notre âge, comme on parle tous les jours. Ça ne m'a pas dérangée plus que ça, je pense que c'est une part de ce livre, ça va avec le contexte et nos personnages.

Sans trop vous en dévoiler, je vais conclure en vous disant que j'ai vraiment beaucoup aimé la fin de cette histoire, elle est extrêmement émouvante et m'a beaucoup touchée. C'est un beau livre sur la vie, l'amour et la mort, qui ne m'a pas laissée indifférente.