dimanche 6 décembre 2015

Les disparus du Clairdelune de Christelle Dabos


« Quand je vous ai dit que vous aviez une prédisposition surnaturelle aux catastrophes, ce n'était pas une invitation à me donner raison. »






Titre : La Passe-Miroir – Les disparus du Clairdelune
Auteur: Christelle Dabos
Éditions: Gallimard Jeunesse
Nombre de pages: 551








Quatrième de couverture:


Fraîchement promue vice-conteuse, Ophélie découvre à ses dépens les haines et les complots qui couvent sous les plafonds dorés de la Citacielle. Dans cette situation toujours plus périlleuses, peut-elle seulement compter sur Thorn, son énigmatique fiancé? Et que signifient les mystérieuses disparitions de personnalités influentes à la cour? Ophélie se retrouve impliquée malgré elle dans une enquête qui l'entraînera au-delà des illusions du Pôle, au cœur d'une redoutable vérité.


Mon avis:


Si Les fiancés de l'hiver était un coup de cœur, Les disparus du Clairdelune en est un nouveau. Ce deuxième tome est, pour moi, largement à la hauteur du premier, voire même meilleur. Christelle Dabos nous entraîne encore plus profondément dans l'intrigue et les dangers, et les personnages rencontrés dans le précédent volume s'affirment et se dévoilent un peu plus.

En effet, l'un des points forts de ce livre reste l'intrigue, qui s'intensifie de plus en plus. Je l'ai trouvée particulièrement bien gérée, elle est mise en place rapidement, et rythmée par un suspens parfait: ni trop insoutenable, ni trop inexistant. L'auteure a su trouver un équilibre qui nous accompagne du début à la fin, à la cour de la Citacielle aux côtés d'Ophélie et de son fiancé, le mystérieux Thorn.

À propos de ce dernier, j'étais restée très mitigée à la fin des fiancés de l'hiver, parce qu'on en savait trop peu sur lui pour se forger un véritable avis sur lui. À présent, je peux vous dire que je l'ai adoré dans ce second tome! Il montre des sentiments, il s'ouvre plus à Ophélie, et une relation de confiance s'installe entre nos deux personnages. Si au départ, la méfiance était grande, au fur et à mesure, ils se traitent d'égal à égal. Cette nouvelle façon de voir l'autre va d'ailleurs leur être d'une très grande aide à la cour, plus malveillante que jamais.

Ophélie quant à elle, s'affirme beaucoup plus. Elle prend confiance en elle, parce qu'elle comprend qu'elle n'a pas vraiment le choix. Ses découvertes vont lui donner également une toute autre vision du monde dans lequel elle vit. On sent que ce mariage n'a plus la même représentation pour elle, ce n'est plus tellement la fatalité et la manipulation qu'elle croyait subir au départ. À force d'évoluer avec Thorn, Berenilde, Archibald, sa tante et bien d'autres, elle finit par se trouver une place et apprendre à apprécier ceux qu'elle voyait comme des ennemis. Ce changement chez Ophélie m'a été très agréable, puisque même si je l'avais beaucoup appréciée dès le départ, j'ai préféré la voir prendre les choses en main, et un peu moins subir ce qui lui était imposé.

Le reste des personnages est à l'image du roman. Ils sont très bien construits, chacun apporte quelque chose de différent. Cela me paraît impossible de ne pas s'attacher à eux!

Dans ce tome-ci, l'intrigue n'est pas la seule à se préciser, l'univers du roman est aussi approfondi. En vérité, cela m'a beaucoup perturbée au début, parce que j'essayais de comprendre, en vain, toute la mythologie qui se cachait derrière, et en quelque sorte, l'explication de la Déchirure et du monde mis en place par la suite. Sauf qu'un bon livre se doit de ne pas trop en révéler avant la fin. Et donc, à cause de ce manque d'éléments qui m'empêchait de comprendre le fond de l'histoire, j'étais assez frustrée. Pourtant, c'est aussi ce qui donne tout ce charme à l'univers créé par Christelle Dabos.

La fin nous laisse avec quelques réponses, mais est surtout une porte ouverte sur bien d'autres mystères. L'auteure achève ce second volume avec une question qui répond aux révélations faites un peu plus tôt, et qui, logiquement, devrait être le fil conducteur du prochain tome à venir.


C'est donc avec un grand plaisir que j'ai dévoré ce livre, et avec une extrême impatience que j'attends le prochain. Christelle Dabos a une fois de plus, su me faire voyager à travers le Pôle et ses mystères, parmi tous ses charmants personnages.

mercredi 2 septembre 2015

Aristote et Dante découvrent les Secrets de l'Univers de Benjamin Alire Saenz

«- Un jour, je découvrirai les secrets de l'univers.
- Et que feras-tu de tous ces secrets?
- Je changerai le monde.»





Titre VF: Aristote et Dante découvrent les Secrets de l'Univers
Titre VO: Aristotle and Dante Discover the Secrets of the Universe
Auteur: Benjamin Alire Sáenz
Éditions: PKJ
Nombre de pages: 359






Quatrième de couverture:


Ari, quinze ans, est un adolescent en colère, silencieux, dont le frère est en prison. Dante, lui, est un garçon expansif, drôle, sûr de lui. Ils n'ont a priori rien en commun, pourtant ils nouent une profonde amitié, une de ces relations qui changent la vie à jamais...
C'est donc l'un avec l'autre, et l'un pour l'autre, que les deux garçons vont partir en quête de leur identité et découvrir les secrets de l'univers.


Mon avis:


Ari et Dante est un livre de ceux qu'on peut classer dans la catégorie des petits bijoux, pour moi. Il y avait bien longtemps que je n'avais pas été autant plongée dans un livre, au point de ne rien réussir à lire après avoir achevé celui-ci. C'est pour vous dire, au bout d'une trentaine de pages, il était devenu mon favori.

Rien que la mise en forme, je l'ai trouvée parfaitement adaptée. Ces différents parties dont les débuts sont marqués par une sorte de titre accompagné d'une citation, c'est une très bonne idée. Au commencement, on découvre une page avec une dizaine de questions posées, les questions que notre personnage narrateur, Ari, se pose au cours du récit, et que l'on se pose généralement à cette période d'adolescence. Puis, l'histoire commence.

Ari, qui est donc un adolescent de quinze ans, expose sa vie, et surtout ses sentiments. C'est un garçon très solitaire, très réservé, qui n'a pas vraiment d'amis, juste quelques camarades qui ne lui correspondent pas réellement, qui ne le comprennent pas. Une histoire assez particulière l'accompagne au niveau familial, comme son père qui est un vétéran de la guerre du Vietnam et ce grand frère dont personne ne veut parler.

En parallèle de cette découverte de l'univers d'Ari, il y a sa rencontre avec Dante. Même si notre personnage principal se montre méfiant au premier abord, il finit par accepter ce nouvel arrivant comme un ami. Et à cet instant démarre une grande amitié, qui va être rythmée par de nombreux évènements. Ils vont passer par différentes étapes, notamment une séparation. Le récit, du début à la fin du roman, s'étale sur plusieurs années, ce qui nous permet de voir évoluer et surtout grandir les deux garçons, au même titre que leur amitié. Ari est une personne qui recherche énormément de réponses, et finalement, ses questions sont plus ou moins les mêmes que les nôtres. Cela peut s'agir de concret comme la question de son frère, comme quelque chose de plus abstrait, comme les sentiments.

Si ce livre est aussi touchant, et aussi bouleversant, c'est avant tout parce que ses personnages sont très humains, et il est aisé de s'identifier à eux, justement grâce à cette humanité, à toutes ces questions qui tournent en boucle dans nos têtes à l'adolescence et à cette découverte de sentiments comme l'amour, la différence, l'incompréhension, la véritable amitié...

Il y a aussi une grande question sur l'acceptation des autres. Encore une fois, c'est en accord avec l'âge des personnages. Pour terminer, la fin m'a entièrement séduite. J'ai même refermé le livre en pleurant de bonheur tant je l'ai trouvée magnifique. Elle était plus ou moins prévisible mais n'en était pas moins belle et demeurait à l'effigie du livre dans son intégralité. En résumé, cette histoire est une très belle leçon de vie.




Petite note à part juste pour vous demander si votre rentrée s'est bien passée! :)

lundi 24 août 2015

Extraordinary Means Tag

Aujourd'hui c'est avec un nouveau TAG que je vous retrouve, et un TAG que vous devez sûrement avoir vu plus d'une fois mais que j'aime beaucoup!


1 – Je renoncerais à mon abonnement internet pendant un mois pour une première édition de ce livre dédicacée par son auteur.

Je pense que j'y renoncerais pour la première édition dédicacée de Winds of Winter, le sixième tome de la saga A Song of Ice and Fire de George R. R. Martin. Tout simplement parce que j'attends plein de réponses, que je suis une immense fan (sans blague?) et que comme ça je pourrais spoiler plein de gens. :D


2 – Je renoncerais aux pizzas pendant un an si je pouvais être assise aux côtés de cet auteur pendant un vol longue distance.

Un an ça fait beaucoup, mais ça ne vaut pas grand-chose face à la possibilité de rencontrer un auteur que l'on apprécie. Sans hésitation Licia Troisi, parce que j'aimerais énormément la rencontrer, discuter avec elle, et surtout la remercier pour tout.


3 – Je me coltinerais des milliers d'heures de pub si cela assurait l'adaptation cinématographique de ce livre par Hollywood.

Je dirais Terrienne de Jean-Claude Mourlevat, parce que j'ai eu un énorme coup de cœur pour ce roman et que j'aimerais beaucoup voir ce que ça pourrait donner en tant que film et comment il serait interprété sur le grand écran.


4 – Je ne lirais jamais plus de nouveaux livres si je pouvais vivre dans le monde de celui-ci.

Certains vont bien me reconnaître dans mon choix, mais tant pis, pour moi ce serait Westeros et Essos dans A Song of Ice and Fire. Tout simplement parce que je veux vivre là-bas, voilà, je n'ai aucune autre explication!


5 – Je laisserais volontiers mon historique Google être dévoilé publiquement si je pouvais être meilleure amie avec cet auteur.

J'hésite, parce qu'on ne connaît pas énormément les auteurs mais je choisirais tout de même Rick Riordan, auteur de Percy Jackson et d'autres, parce que je me vois bien discuter de mythologie grecquo-romaine avec lui, ça pourrait être cool. Même si John Green a l'air vachement sympa!


6 – Je donnerais tout ce que je possède à Emmaüs si je pouvais sortir avec ce personnage.

Jon Snow. Parce que je l'aime voilà. C'est un homme d'honneur, qui a quand même des sentiments et qui sait faire les bons choix malgré qu'ils puissent s'avérer très difficiles. Je ne voudrais pas spoiler (bon si j'aimerais bien mais je vais rester gentille) donc je ne développe pas plus que ça. Mais Jon.



Voilà ce TAG est terminé, il est vraiment sympa à faire, n'hésitez pas à le reprendre, ou à vous exprimer en commentaires, et moi je vous souhaite de très bonnes lectures et une bonne rentrée (je sais je sais :( ).

mardi 18 août 2015

La face cachée de Margo de John Green

« Plus j'avance dans mon travail et plus je me rends compte que l'homme manque de bons miroirs. Il est difficile pour quiconque de nous montrer ce à quoi nous ressemblons et difficile pour nous d'exprimer nos sentiments devant autrui. »






Titre VF: La face cachée de Margo
Titre VO: Paper towns
Auteur: John Green
Editions: Gallimard (Scripto)
Nombre de pages: 386








Quatrième de couverture:


Mar-go-Roth-Spie-gel-man, le nom aux six syllabes qui fait fantasmer Quentin depuis toujours. Alors forcément, quand elle s'introduit dans sa chambre, une nuit, par la fenêtre ouverte, pour l'entraîner dans une expédition vengeresse, il la suit. Mais au lendemain de leur folle nuit blanche, Margo ne se présente pas au lycée, elle a disparu. Quentin saura-t-il décrypter les indices qu'elle lui a laissés pour la retrouver? Plus il s'en approche, plus Margo semble lui échapper...




Mon avis:


Ce roman n'a été ni une déception, ni un coup de cœur contrairement aux autres livres de John Green. Pour la simple et bonne raison qu'avec toutes les critiques que j'avais pu entendre à son sujet je m'attendais à... pire? Quoi qu'il en soit, j'ai apprécié ce livre dans son ensemble, malgré quelques points que je déplore.

L'histoire est donc divisé en trois parties, qui correspondent aux trois grandes phases de l'intrigue. D'abord la folle nuit de Q et Margo que j'ai adorée (je crois d'ailleurs que c'était mon moment favori). Les deux adolescents se vengent tout en profitant l'un de l'autre, malgré que leurs idées soient radicalement différentes puisque l'une pense à se venger avant de s'enfuir pour disparaître tandis que l'autre est torturé entre l'idée de compromettre son avenir et celle de se réjouir de passer ces moments avec celle qu'il aime. Le tout accompagné d'une pointe d'humour et de sentiments.

Ensuite, vient la réelle et dure intrigue, la disparition de Margo. À partir de ce moment-ci, j'ai eu plus de mal. Tout devient beaucoup plus lent, voire même ennuyant. Les indices mettent bien trop de temps à s'enchaîner, Q passe tout son temps à se poser exactement les mêmes questions en boucle, qui reposent essentiellement sur la santé de Margo (il craint qu'elle ne se soit suicidée). Les seules choses qui m'ont plu dans cette partie, ce sont les amis de Q, qui sont extrêmement attachant et amusants, et le fait que Q se rende compte de qui est vraiment Margo. En effet, au commencement, il la considère comme un miracle, son miracle, mais au cours de cette enquête sur sa disparition, il prend conscience que Margo est une adolescente, et qui plus est loin d'être celle qu'il s'imaginait. Grâce à ses amis et à cette situation, Q découvre énormément les autres: qui ils sont, le besoin d'être acceptés, la façon différente qu'a chacun de voir une personne. Bref, cette seconde partie reste, pour moi, très mitigée.

Et enfin pour terminer, j'ai bien aimé la troisième et dernière partie, à savoir un road-trip suivi, bien sûr, du dénouement. L'un comme l'autre sont bien écrits et bien trouvés, chacun délivrant des sentiments assez différents mais tout aussi forts. La fin peut en décevoir certains mais ça n'a absolument pas été mon cas, j'ai trouvé que cela correspondait très bien à l'ambiance générale ainsi qu'au personnage de Margo.

En ce qui concerne cette dernière, ce fut un véritable coup de cœur! Je sais que pas mal de gens n'ont pas apprécié Margo mais pour moi ça a été l'inverse. C'est une adolescente énormément aimée mais qui en réalité, se cache derrière une autre personnalité. Une jeune femme très imparfaite, mais qui sait qui elle est, qui sait reconnaître ses défauts comme ses qualités, et c'est ce qui m'a tant fait accrocher. Avec tous ces détails elle me paraissait tellement réelle et tellement proche.


Encore une fois, on reconnaît aisément le joli style de John Green, que je prends toujours autant de plaisir à lire, même si une répétition se fait sentir après trois livres. Je pense que le but est surtout de parler des adolescents, de leurs sentiments et de leurs façons de voir les choses. Pour conclure je dirais que ce roman reste à lire même s'il ne s'agit pas là du meilleur livre de l'auteur.

mardi 11 août 2015

Acquisitions de juin et juillet

Salut à tous! Je vous retrouve pour mes acquisitions livresques de ces deux derniers mois, comme d'habitude! Et celles-ci ne contiennent que trois livres, donc ça a fait beaucoup de bien à ma PAL!  Je vous les présente tout de suite:






Inhuman de Kat Falls, publié chez Milan. Une dystopie qui m'a faite tomber sous son charme. Un univers très riche et très surprenant, je vous laisse en découvrir plus ici.








Chroniques du chevalier errant, écrit par George R. R. Martin, célèbre auteur de la saga A Song of Ice and Fire, publié aux éditions Pygmalion. Il s'agit là d'un recueil de trois nouvelles se déroulant 90ans avant AGOT. On y suit les aventures de Dunk, un chevalier errant qui va croiser le chemin d'un surnommé l'Oeuf qu'il va prendre sous son aile. Pour l'instant je n'ai lu que la première nouvelle mais j'ai tout simplement adoré! J'ai passé un très bon moment, et j'ai trouvé ça très intéressant de pouvoir enfin découvrir cette fameuse famille Targaryen (que j'aime énormément pour ma part).





Looking for Alaska, par le grand John Green, écrivain qu'on ne présente plus non plus, publié chez Harper Collins (puisque je l'ai en VO). C'est un livre qui m'a autant touché que le premier que j'avais lu, Nos étoiles contraires. J'ai retrouvé tout ce qui fait d'un John Green un John Green (oui je sais mes réflexions sont extrêmement intéressantes). Encore une fois, pour en savoir plus c'est ici.




Et vous? Qu'avez vous acquis ces derniers temps?

mercredi 5 août 2015

Infini de Rachel Ward





Titre VO: Numbers – Infinity
Titre VF: Intuitions – Infini
Auteure: Rachel Ward
Éditions: Michel Lafon
Nombre de pages: 280





Quatrième de couverture:


Angleterre, 2029. le chaos règne et les villes sont désertées. Différents clans tentent d'imposer leur loi en recrutant ceux qui manifestent des capacités hors normes.
Adam et Sarah luttent pour protéger leurs biens les plus précieux: la petite Mia et le bébé que Sarah attend. En effet, si Adam peut deviner la fin d'une vie et sa compagne, dessiner l'avenir, ils savent que leurs enfants seront dotés d'une puissance sans égal et deviendront la cible de toutes les convoitises. Car de leurs pouvoirs dépend le destin du monde.


Mon avis:


Dans ce troisième tome intitulé Infini, un assez bon titre d'ailleurs une fois plongés dans l'intrigue, les événements sont au rendez-vous. En effet, je n'ai pas eu l'occasion de m'ennuyer, car l'action est présente du début à la fin, si bien que je l'ai trouvée presque un peu trop présente. Tout allait beaucoup trop vite, contrairement aux tomes précédents, celui-ci ne prend aucune pause. Cela se constate aussi au niveau de la taille du roman qui est plus courte que les précédents. Mais dans Infini, je me suis sentie moins attachée aux personnages, moins proche, du fait que leurs sentiments et pensées étaient vraiment beaucoup moins décrits. C'est dommage mais ça n'a pas empêché mon plaisir en le lisant.

L'intrigue en revanche est plutôt bien ficelée. De nouveaux éléments viennent s'ajouter, l'arrivée des nouveaux personnages, les enfants (même si Mia était déjà présente dans Chaos mais ce n'était qu'un nourrisson), a enrichi tout cet univers déjà bien riche. La confrontation au danger n'est plus la même qu'avant, elle est passée de l'échelle d'une ville entière (Londres) à celle d'une petite famille, prête à tout pour protéger les siens. Des personnages très malsains se mettent en travers de leur route et toute l'intrigue réside dans l'interrogation: comment vont-ils s'en sortir? Car, comme le suggère bien le titre je trouve, malgré qu'Adam voit la date de mort des gens, il découvre avec Sarah que ces nombres ne sont pas réellement une fatalité, grâce à certains éléments, ce qui peut être interprété comme le fait que nous soyons maîtres de notre destin, et donc de notre mort.

Je vous l'ai dit, mon attachement aux personnages a été moins fort cette fois-ci, mais surtout à un en particulier: Sarah. Je l'ai trouvée très peu mise en avant, voire même dévalorisée. J'ai eu l'impression qu'elle n'était plus vraiment un personnage à part entière, mais juste une mère. Alors oui d'accord, c'est normal qu'elle veuille protéger ses enfants, qu'elle pense toujours à ses enfants, mais ça ne l'empêche pas d'avoir un caractère et une personnalité. Les deux étaient très bien associés dans Chaos. Par contre j'avoue avoir un peu craqué pour la petite Mia, elle est tellement mignonne !

Ainsi s'achève donc la trilogie d'Intuitions. Une trilogie qui, dans son ensemble, m'aura beaucoup plu. Même si je déplore quelques éléments qui selon moi, auraient pu être corrigés, le tout est plutôt bon, avec pas mal d'action, des personnages que nous voyons grandir et évoluer au fil du temps et des événements et une très bonne idée de base! Le style de l'auteure reste pour moi très intéressant, et ce depuis le premier tome. Grâce à l'intrigue générale, Rachel Ward peut nous parler de la vie et de la mort, avec une désinvolture que j'ai réellement appréciée.


C'est une saga que je vous conseille, que vous soyez un lecteur assidu ou non!

lundi 27 juillet 2015

Inhuman de Kat Falls





Titre: Inhuman
Auteure: Kat Falls
Éditions: Milan
Nombre de pages: 444






Quatrième de couverture:


Un mur. Il suffit d'un mur pour couper le monde en deux. D'un côté, la zone saine, civilisée. Le monde de Lane. De l'autre, la Zone Sauvage, contaminée, dans laquelle les hommes se transforment en bêtes sauvages. Passer de l'un à l'autre est illégal. Dangereux. Fou. Pourtant, Lane va devoir franchir le Mur. Pour sauver son père, elle n'a pas le choix. Pour qu'il revienne, elle doit partir.



Mon avis:


Acheté sur les conseils de Nine (Les lectures de Nine), je ne regrette absolument pas de lui avoir fait confiance. Elle avait piqué ma curiosité en se déclarant surprise par la Zone Sauvage (au delà du Mur / je ne parle pas de GoT <3), alors j'avais tout bonnement craqué en le voyant dans ma librairie. Et effectivement, je rejoins son avis en ce sens. Ce que j'ai découvert en même temps que Lane m'a réellement surprise. En se basant sur le résumé et la couverture, on s'attend plutôt à une dystopie classique, et ça a également été mon cas, mais en réalité, l'auteure sort de l'ordinaire et construit vraiment son propre univers.

Ses personnages sont eux aussi assez uniques. Au départ, Lane est une adolescente fascinée par l'inconnu et l'art qui ignore tout du danger, mais quand elle est forcée de passer le Mur, elle évolue au fur et à mesure de ses rencontres et de ses découvertes pour devenir une femme forte et courageuse. J'ai d'ailleurs trouvé très intéressantes les réactions de Lane face à ses découvertes, car elles n'étaient pas les mêmes en fonction du moment de l'histoire.

Du côté de la gente masculine, l'évolution au cours du roman se fait également beaucoup ressentir avec Everson, le beau garde de la Limite un peu coincé qui se retrouve, tout comme Lane, transformé par la Zone Sauvage, et avec Rafen le bad boy insupportable à qui on voudrait donner des baffes.

Aussi surprenant que cela puisse paraître, ma préférence s'est portée sur Rafe, car en le découvrant un peu plus en profondeur, on le comprend bien mieux et, curieusement, on lui déniche même un cœur.

Quant au triangle amoureux (je pense que vous l'aviez vu venir) je l'ai trouvé très peu prononcé, mais pas inexistant. Très bien équilibré et intervenant aux bons moments, il n'est pas le centre de l'histoire mais sert parfois dans le déroulement de celle-ci.


La fin de ce premier tome ne m'a pas déplu, elle m'a même donné envie de lire le suivant. Tout ce que je peux vous conseiller, c'est de ne pas trop vous fier au résumé et de pénétrer à votre tour dans la surprenante Zone Sauvage.

samedi 25 juillet 2015

[TAG] Problèmes de lecteur



Voici un petit TAG à travers lequel beaucoup d'entre vous vont se reconnaître je pense!


1 : Tu as 20.000 livres dans ta PAL. Comment décides-tu de ta prochaine lecture ?
Je demande à des amies de choisir à ma place!

2 : Tu as lu la moitié d'un livre et tu ne l'aime pas. Tu abandonnes ou tu continues ?
Si je ne l'aime vraiment pas du tout et qu'il m'en reste encore pour long, je l'abandonne. Sinon j'ai tendance à finir tout de même.


3 : La fin de l'année approche et ton challenge Goodreads n'est pas fini. Est-ce que tu essaie de te reprendre et comment ?
Je lis autant que je peux, mais il n'y a pas de secret, quand on n'a pas le temps on n'a pas le temps!


4 : Les couvertures d'une saga/série que tu aimes ne se ressemblent pas... Comment tu gères ça ?
Alors là c'est la crise de nerfs!! Je déteste ça! Ça rend vraiment laid dans la bibliothèque.


5 : Tout le monde aime un livre que toi tu n'aime pas. A qui en parles-tu du coup ?
J'en parle aux gens qui ont aimé, chacun fait valoir ses arguments. Le but ce n'est pas d'être tous d'accord mais d'échanger.


6 : Tu es en train de lire dans un lieu public et tu sens que tu vas pleurer ? Qu'est ce que tu fais ?
Je pleure. Tout simplement. Ça m'est déjà arrivée et je ne m'en suis pas vraiment rendue compte, j'avais un peu oublié que je n'étais pas seule.


7 : La suite d'un livre que tu aimes vient de sortir mais tu as oublié pas mal de choses. Que fais tu ? Tu relis le précédent ? Tu trouves un synopsis bien spoilant ? Tu pleures de frustration ?
Généralement je l'entame tel quel, sans avoir jeté un coup d'oeil au tome précédent. Tout finit par revenir au cours de ma lecture.


8 : Tu ne veux pas prêter tes livres. Comment dis tu non gentiment si on te pose la question ?
Je prête toujours mes livres. Je suis la bibliothèque municipale moi haha


9 : Tu as choisi et reposé 5 livres le mois passé. Comment gères tu ta panne de lecture ?

Et bien ça m'est arrivé, je n'ai pratiquement pas lu pendant 6 mois et puis je me suis véritablement replongée dans un livre, c'est reparti tout seul.

10 : Il y a tellement de nouveaux livres que tu rêves d'acheter. Combien en achètes-tu réellement ?
On va dire que j'ai du mal à me restreindre... Mais si je devais en choisir un nombre limité dans un même mois je dirai 4/5.


11 : Après les avoir achetés, combien de temps restent-ils dans ta PAL avant que tu ne les lises ?
Ça dépend. Il y a des livres que je vais lire directement, parce que j'en ai trop envie, et d'autres qui attendent patiemment. En général quelques semaines.  


N'hésitez pas à me dire ce que vous auriez répondu, et surtout, bonnes lectures à tous!

lundi 20 juillet 2015

Qui es-tu Alaska? de John Green




Titre VO: Looking for Alaska
Titre VF: Qui es-tu Alaska?
Auteur: John Green
Editions: Gallimard Jeunesse (Scripto)
Nombre de pages: 368






Quatrième de couverture:


La vie de Miles Halter n'a été jusqu'à maintenant qu'une sorte de non-événement. Décidé à vivre enfin, il quitte le cocon familial pour partir dans un pensionnat loin de chez lui. Ce sera le lieu de tous les possibles. Et de toutes les premières fois. C'est là aussi qu'il rencontre Alaska. La troublante, l'insaisissable et insoumise, drôle, intelligente et follement sexy, Alaska Young.

Mon avis:


{Petit aparté avant de commencer, je précise que c'est le premier livre que je lis en VO, et je m'en suis plutôt bien sortie, donc pour celles et ceux qui recherchent un livre à lire en anglais pour débuter, je vous conseille vraiment ceux de John Green qui sont assez simples.}

Je vous avoue qu'en acquérant ce one-shot, je m'attendais à un roman typiquement américain, c'est-à-dire une romance entre deux adolescents, une bande de potes, et un campus avec ses équipes de sport et tout ce qui va avec. Et effectivement, c'était plutôt bien parti au commencement. On découvre Miles, qui arrive au beau milieu d'une université où il ne connait personne, et qui va se faire des amis malgré lui je dirais. Son colocataire, Chip, ou bien surnommé Le Colonel, se lie d'amitié avec notre personnage principal, et tout au long du roman, nous assistons à une relation peu commune.

Vient ensuite la plus grande intrigue du livre, Alaska, que je voyais déjà comme la future petite amie. J'ai tout de suite beaucoup aimé ce personnage avec sa dose d'ironie qui entraîne son côté attachant, mais j'ai été assez déçue du point de vue du mystère, puisque pour moi, elle n'était pas plus mystérieuse qu'une autre. Mais passons, alors qu'au fur et à mesure de l'année scolaire, une bande de copains se crée rapidement avec l'ajout de Lara et Takumi dans le groupe, j'ai été très surprise par la tournure des événements.

Au lieu de l'éternel cliché auquel je m'attendais, j'ai retrouvé le style de John Green que je connaissais dans Nos étoiles contraires, soit des adolescents jemenfoutistes à l'extrême en apparence, avec cet aspect attachant et ce caractère de liberté et d'invincibilité. Jusque là, on se dit que la lecture est agréable (dans le sens où tout va bien aha) et détendue. Mais alors jamais je ne me suis attendue à ce qui est arrivé.

Il faut savoir que dans ce livre, il n'y a pas de chapitres. L'ouvrage est divisé en deux, une partie « Avant » et une partie « Après ». Dans la première partie, nous assistons à compte à rebours, mais un compte à rebours de quoi? On ne l'apprend que le moment venu. Puis, la seconde partie est une sorte de compte à rebours à l'envers, en gros on compte les jours après ce fameux jour J. Et j'ai été réellement surprise par cet événement auquel j'étais loin de m'attendre, et j'ai beaucoup aimé la façon dont l'auteur amenait les conséquences, autant à l'échelle de l'université qu'à celle des personnages eux-mêmes. Ce que j'apprécie chez cet auteur, c'est que pour moi, il interprète vraiment bien le ressenti d'un adolescent, face aux aléas de la vie, face aux épreuves et aux grands mystères de l'Univers. Toutes ces questions que l'on se pose, tandis qu'on se cherche, nous, mais aussi les autres.


En utilisant un langage tout à fait banal et courant, John Green arrive à me donner des frissons. C'est un langage commun certes, mais c'est un langage du quotidien, un langage d'adolescents. Tout est rassemblé pour qu'on se sente extrêmement concerné par les pensées et le sort des personnages, en nous amenant à nous demander comment nous-mêmes aurions affronté la situation. Une fois de plus, cet auteur a réussi à me charmer avec ce roman sur la vie, sur la passage à l'âge adulte qui n'est pas toujours simple, sur la mort et l'amour. 

jeudi 2 juillet 2015

Chaos de Rachel Ward




Titre VO: Numbers – The Chaos
Titre VF: Intuitions – Chaos
Auteure: Rachel Ward
Éditions: Michel Lafon
Nombre de pages: 371






Quatrième de couverture:


Angleterre, 2026. Adam a hérité du don de sa mère, Jem: au-dessus des personnes qu'il croise, il voit flotter des nombres. C'est la date de leur mort. Il confie son terrible secret à son amie Sarah... Mais bientôt, voilà que les mêmes chiffres s'affichent pour tout le monde : 01012027 ! Déclaration de guerre, accident nucléaire, virus foudroyant ? Sarah et Adam n'ont que quelques mois pour changer le cours du destin...

Mon avis:


Avant de lire ce que j'ai pensé de ce livre, je vous conseille d'aller lire mon avis sur le premier tome: Intuitions, si ça n'est pas déjà fait.

Contrairement au volume précédent, j'ai adoré ce second tome! Je ne sais pas vraiment à quoi c'est dû. Peut-être au changement de personnages ou d'enjeu? Quoi qu'il en soit, j'ai été plongée dans ce roman avec nos trois personnages principaux.

Nous entamons donc le livre avec une intrigue directement ancrée: quelque chose de grave va se produire le premier jour de l'an 2027. D'un côté, nous découvrons Adam, le fils de Jem et Spider ainsi que le petit-fils de Val (que j'ai beaucoup aimée retrouver d'ailleurs!), avec le don de sa mère qui lui a été transmis comme nous l'apprenons à la fin du tome un. Et de l'autre, Sarah, une adolescente du même âge à qui la vie n'a pas fait de cadeaux (loin de là!!), qui fuit sa famille tant bien que mal et qui fait un curieux rêve chaque nuit, dans lequel apparaît... Adam.

Sans trop en divulguer, vous devez vous douter que ce rêve n'est pas des plus joyeux. En effet, au départ la jeune fille déteste Adam. Fort heureusement, elle finira par comprendre qu'ils ont besoin l'un de l'autre s'ils veulent échapper à la catastrophe et qui sait, peut-être sauver d'autres vies.

Vous l'aurez compris, l'ambiance est très chaotique et presque apocalyptique. Cette atmosphère permet de garder un rythme haletant, qui nous pousse à continuer afin de connaître l'issue des événements.

Justement, en ce qui concerne la fin, je n'ai pas été déçue! L'auteure a réussi à me surprendre même si je l'avais en partie devinée. Je m'explique, je m'attendais à une fin de ce style, mais je n'avais pas pensé à un détail que j'ai trouvé très bien amené et très utile. En tout cas, j'ai été charmée par cette fin, comme je l'avais été par la fin du premier. Je crois que Rachel Ward est douée pour les fins!

Ce fut une lecture agréable et assez prenante, dotée d'une plume très fluide, sans lourdeur. Le langage employé est celui que nous employons au quotidien, puisque nos héros sont des adolescents (oui bon, cela ne change pas du premier tome). Pour résumer, ce livre est accessible à tous.


À présent je me questionne surtout à propos de la fin de la saga. J'ai déjà le troisième tome en ma possession et il me tarde de le lire. Je me demande réellement ce que je vais y découvrir, et j'espère ne pas rester sur ma faim! 

mercredi 17 juin 2015

Acquisitions d'avril et mai

Bonjour à tous! Je reviens avec un léger retard vous présenter mes acquisitions livresques des mois d'avril et mai. Donc, ces deux derniers mois j'ai acquis:




Quatre, publié chez Nathan. Il s'agit donc d'un préquel de la saga Divergent, écrit par Veronica Roth, qui nous place du point de vue de Tobias avant sa rencontre avec Tris (bien qu'elle y soit légèrement abordée). Il n'y a pas grand chose à dire sur ce livre, on n'y apprend rien, mais c'est agréable de retrouver les personnages et l'univers.




L'épée des rebelles, deuxième tome des Royaumes de Nashira, de Licia Troisi, aux éditions Pocket Jeunesse. Tout comme le premier tome, je l'ai beaucoup apprécié. On reconnaît aisément le style de l'auteure, tant dans l'intrigue que dans les personnages et les idéologies.



L'héritière, quatrième tome (imprévu) de La Sélection, publié par les éditions Robert Laffont et écrit par Kiera Cass. Les fans de la saga ne seront pas déçus, il est à la hauteur des trois autres, même si l'on repart sur de toutes nouvelles bases. Des personnalités à découvrir, à aimer ou à détester.




Les fiancés de l'hiver, premier tome de La passe-miroir, de Christelle Dabos, une auteure française. Le livre est publié chez Gallimard Jeunesse jeunesse et c'est un véritable coup de cœur! Au risque de me répéter, je vous invite à consulter ma chronique juste ici.





Le remède mortel, de James Dashner. Ce troisième et dernier tome de L'épreuve, publié aux éditions PKJ, m'a beaucoup frustrée, comme le reste de la saga d'ailleurs, mais cela le rend très poignant, et j'ai beaucoup aimé cette fin. Même si j'avoue que certaines réponses me manquent! J'espère les trouver dans le préquel, L'ordre de tuer!



Et voilà, j'ai été assez raisonnable, une fois de plus, j'en suis assez fière. Et vous qu'avez vous acquis ces derniers temps? Réjouis, déçus? Exprimez vous, les commentaires sont là pour ça!


Encore bonnes lectures à tous, merde à ceux qui passent des examens, et bonnes vacances à ceux qui le sont déjà!

jeudi 4 juin 2015

Les fiancés de l'hiver de Christelle Dabos





Titre: La Passe-Miroir: 1.Les fiancés de l'hiver
Auteure: Christelle Dabos
Éditions: Gallimard jeunesse
Nombre de pages: 519





Quatrième de couverture:


Sous son écharpe élimée et ses lunettes de myope, Ophélie cache des dons singuliers: elle peut lire le passé des objets et traverser les miroirs. Elle vit paisiblement sur l'arche d'Anima quand on la fiance à Thorn, du puissant clan des Dragons. La jeune fille doit quitter sa famille et le suivre à la Citacielle, capitale flottante du Pôle. À quelle fin a-t-elle été choisie? Pourquoi doit-elle dissimuler sa véritable identité? Sans le savoir, Ophélie devient le jouet d'un complot mortel.

Mon avis:


Je suis face à un réel coup de cœur pour ce chef d'œuvre! Je ne lui ai trouvé aucun défaut (oui je vous jure que j'ai cherché). Avant même de vous parler de mon ressenti sur les personnages, l'intrigue ou l'univers, je me dois de vous dire que Christelle Dabos a une plume absolument sublime, j'ai pris un tel plaisir à la lire! Ses phrases sont magnifiquement bien tournées, la lecture est très riche sans être « lourde » si je puis dire.

L'intrigue, elle, met du temps à être mise en place, mais personnellement ça ne m'a posé aucun soucis puisque j'étais occupée à me plonger dans l'univers assez particulier du roman. En effet, l'auteure nous offre un monde qui fourmille de diversité, mais qui est aussi très mystérieux. Surtout en ce qui concerne la Citacielle, car c'est là-bas que se déroule la majorité de l'histoire. Un lieu dangereux même s'il ne le paraît pas, il faut savoir faire tomber les masques pour ne pas se laisser emporter dans les illusions et les mensonges...

Passons à présent aux personnages. La diversité est également au rendez-vous de ce côté-ci, et les surprises de même. Au début de l'aventure de notre petite Ophélie (l'héroïne), nous faisons la connaissance en même temps qu'elle de certains personnages, qui disons... savent cacher leur jeu. Un petit conseil si vous souhaitez le lire: attendez vous à tout avec ce livre. Justement, notre héroïne, qu'on découvre tout d'abord en tant que conservatrice solitaire et timide dans son musée sur Anima, va devenir au fur et à mesure une femme un peu plus endurcie et qui ne subit plus tout ce qui lui est imposé. À son arrivée à la Citacielle, Ophélie a peur de ce qu'elle va y trouver mais, plus elle s'enfonce dans ce lieu peuplé de plusieurs familles toutes plus redoutables les unes que les autres, plus elle apprend à se repérer, à avoir les bonnes réflexions pour se protéger de ceux qui l'entourent.

Pour elle, ce qui s'annonçait être un mariage arrangé dans le but d'épouser un personnage influent, va en réalité se révéler être une véritable manigance où elle va devoir faire confiance aux bonnes personnes. Le seul petit problème pour Ophélie, c'est qu'elle ne sait pas qui sont les bonnes personnes. Elle va aller de surprise en surprise mais aussi de déception en déception, elle va nous emmener avec elle dans cet environnement peu commun et nous faire vivre avec elle les révélations que j'ai trouvées plutôt nombreuses dans ce tome.

Même si malgré tout, cette fin affiche encore de nombreux mystères et de nombreux rebondissements à venir. Comme par exemple, Thorn, le fiancé d'Ophélie et l'intendant du Pôle. Je ne sais absolument pas quoi penser de ce personnage. Je ne l'aime pas et pourtant je ne le déteste pas. En vérité, je crois que je n'arrive pas à me forger une opinion sur sa personne qu'il ne dévoile jamais. À la fin de ce premier tome, nous n'avons aucune idée de qui est réellement Thorn. Fait-il partie de ces bonnes personnes en qui Ophélie peut avoir confiance, ou bien au contraire, serait-il préférable d'éviter tout contact avec cet homme mystérieux? Pour moi, Thorn reste une énigme totale que j'ai hâte de résoudre dans les prochains volumes.

Quant aux autres personnages, ils sont tous très bien construits, on parvient facilement à identifier le caractère de chaque personne. Comme dans tout bon roman, certains sont attachants tandis que d'autres nous donnent des envies de meurtre. De toute façon, ce livre a, selon moi, tous les ingrédients nécessaires pour être le roman parfait. Avant même de l'avoir achevé, il avait déjà pris la place de « roman favori »!

Au final, l'auteure termine sur une touche de détermination et de réflexion de la part de notre héroïne, que j'ai particulièrement apprécié. Je pense que c'est à ce moment précis qu'on prend véritablement conscience du changement opéré chez Ophélie.

Si j'avais vraiment un livre à vous conseiller, ce serait celui-ci. Je lis rarement des auteurs français (ne me demandez pas pourquoi, je n'en sais rien), mais ce livre m'incite à le faire beaucoup plus souvent! Beaucoup attendent la parution du tome 2 donc si vous ne le savez pas encore, je vous l'annonce, il devrait sortir en novembre (youpi!).

Une dernière chose avant de clôturer cet article, j'aimerais que vous me conseilliez un livre. Votre préféré? Celui qui vous a le plus ému? Le plus fait rire? Le plus fait réfléchir? À vous d'en décider, j'aimerais simplement faire de nouvelles trouvailles!


Alors à vos commentaires et bonnes lectures à tous!  

lundi 11 mai 2015

Douze ans, sept mois et onze jours de Lorris Murail





Titre: Douze ans, sept mois et onze jours
Auteur: Lorris Murail
Editions: Pocket Jeunesse
Nombre de pages: 302






Quatrième de couverture:


Une cabane perdue dans les forêts du Maine. C'est là que Walden est abandonné par son père. À partir de maintenant, le garçon va devoir se débrouiller pour survivre dans les bois. Avec pour seule richesse quelques boîtes de conserve, un livre de Thoreau et une carabine.
À la fin de chaque journée, Walden note son âge sur une écorce de rondin. Douze ans, sept mois et quatre jours, au moment où commence son apprentissage pour le moins étrange...

Mon avis:


Tout commence par une première moitié très longue, qui, sans mentir, m'a même ennuyée. D'accord, cela doit être effrayant pour notre personnage de douze ans, Walden, d'être livré à lui même avec trois fois rien au milieu d'innombrables hectares de forêts, mais nous en tant que lecteur, on n'attend qu'une chose: l'aventure. Malheureusement, elle n'arrive que pendant la seconde moitié du roman.

On peut donc observer le jeune garçon, essayant de survivre mais également de comprendre dans quel but son père l'a laissé seul ici, et surtout ce qu'il attend de lui. Très vite, le problème de se nourrir s'impose, et Walden comprend qu'il va devoir trouver ses propres repas. Mais il a toujours été un garçon préférant les livres, les maquettes, et les problèmes, il déteste le sport, ce qui contrarie souvent son père, fan de baseball. Il va d'abord essayer de pêcher, puis de chasser, il va également cueillir des baies ou des fruits. Bref, vous l'aurez compris, cette première partie se résume en un mot: survivre.

Concernant la suite, on commence à avoir de nouveaux éléments à l'intrigue, on obtient enfin quelques informations sur tous ces mystères qui finalement, devenaient lassants. Pour ma part, dés que je suis véritablement entrée dans l'histoire, je n'avais qu'une envie, c'était de terminer le livre pour enfin comprendre. On est plongés dans l'histoire, au cœur de l'intrigue, l'atmosphère est palpitante et pleine de suspense, on se demande comment tout cela va se terminer. Même si ce que j'avais légèrement deviné ce dénouement, j'ai eu droit à quelques petites frayeurs.

Les personnages sont bien construits, avec chacun un caractère bien à lui, on s'attache à certains et on en déteste d'autres, tout va bien de ce côté-là. La folie de quelques uns m'ont un peu effrayée parfois, je l'avoue, mais également beaucoup énervée, ce qui, je pense, était le but de l'auteur.

Par contre, j'ai eu un problème avec la fin. On est avec les personnages, sortant tout juste de l'action après avoir frôlé la mort, et puis... plus rien. Une petite note d'humour et d'un coup, on passe à deux pages nous ramenant à des personnages secondaires qui clôturent ce roman en nous faisant comprendre que tout est terminé et bien rentré dans l'ordre. Ça m'a coupée dans mon élan. J'avais du mal à me dire qu'il n'y avait plus rien après.


Mise à part cette fin assez perturbante qui m'a plutôt déplue, c'est un bon roman. J'en attendais beaucoup, ce qui explique ma légère déception, mais si vous cherchez un livre sympa à lire pour vous détendre, il vous conviendra parfaitement. C'est un mélange bien équilibré de suspense, de mystère avec une touche d'humanité et de sentiments. Ce roman ne fera pas son entrée dans mes favoris, mais il restera un bon souvenir de lecture.

mardi 5 mai 2015

Intuitions de Rachel Ward





Titre vo: Numbers
Titre vf: Intuitions
Auteure: Rachel Ward
Editions: Michel Lafon
Nombre de pages: 312








Quatrième de couverture:


Jem voit des nombres flotter au-dessus des personnes qu'elle croise: la date de leur mort. Ce don la pousse à s'isoler. Jusqu'au jour où elle rencontre Spider...
Alors qu'ils se promènent ensemble, un phénomène étrange se produit: pourquoi tous les passants ont-ils le même nombre? Pris de panique, Jem et son ami prennent la fuite. Ils seront les seuls survivants de l'attentat qui va suivre, mais aussi les seuls suspects.
Mais comment Jem peut-elle expliquer les raisons de sa fugue, et surtout, comment ignorer la terrible vérité qu'elle peut lire en Spider?
Que faire d'un don quand il est maudit?

Mon avis:


En commençant ce livre, je m'attendais à de l'action, de l'aventure, un peu fantastique également. Mais je me suis rendue compte, au fur et à mesure que j'avançais dans ma lecture, que ce livre n'était rien de tout ça. Certes il comporte un peu d'action due aux rebondissements, mais il n'est pas basé là-dessus.

On découvre une jeune adolescente pour qui la vie n'a pas été des plus tendres, une dénommée Jem, plutôt renfermée et solitaire. Une jeune fille qu'on va suivre pendant ces trois cents pages, qu'on va voir évoluer, grandir, découvrir que la vie a des bas mais également des hauts. Dés le début, on comprend que Jem s'est formée une carapace, suite au décès de sa mère droguée, passant de familles d'accueil en familles d'accueil, elle a toujours eu du mal à s'intégrer, que ça soit à l'école comme dans sa famille adoptive. Elle est d'autant plus à l'écart à cause de ce don qu'elle considère comme une malédiction, elle déteste regarder les gens dans les yeux, y voir la date à laquelle ils vont mourir.

Toutefois, quand elle rencontre Spider, une étrange relation se crée entre ces deux personnages. Tout le long du roman, ils découvrent l'amour ensemble, un amour vraiment véritable et très fort. Ils vont vivre à deux leur fuite suite à l'attentat. Et c'est là que j'ai rencontré un problème. J'ai trouvé ça légèrement exagéré qu'ils se cachent après avoir été vus en train de fuir le lieu de l'attentat, quelques minutes avant qu'il survienne. Évidemment ils auraient été suspectés, et peut-être même accusés, mais n'ayant aucune preuve contre eux, la police les auraient tout simplement relâchés. Même si je comprends leur point de vue, ils sont dans un quartier plutôt mal famé, des adolescents à problèmes, je trouve ça un peu gros de s'enfuir en essayant de disparaître.

Pour ce qui est de leur fuite justement, Jem va faire la rencontre de nombreuses personnes, bonnes comme mauvaises, elle va découvrir qu'elle peut faire confiance, que le monde entier n'est pas contre elle et Spider contrairement à ce qu'elle pense. J'ai également ressenti un peu de longueur vers le milieu du roman, j'ai trouvé que les mêmes pensées et les mêmes discussions revenaient souvent. Mais ce sentiment a fini par disparaître quand de nouveaux événements se sont présentés.

Les mots de l'auteure sont assez crus, elle emploie un vocabulaire d'adolescents de notre âge, comme on parle tous les jours. Ça ne m'a pas dérangée plus que ça, je pense que c'est une part de ce livre, ça va avec le contexte et nos personnages.

Sans trop vous en dévoiler, je vais conclure en vous disant que j'ai vraiment beaucoup aimé la fin de cette histoire, elle est extrêmement émouvante et m'a beaucoup touchée. C'est un beau livre sur la vie, l'amour et la mort, qui ne m'a pas laissée indifférente.